Site Loader

Si vous travaillez dans le domaine de l’IT, alors vous avez sans doute remarqué que beaucoup d’entreprises cherchent à « devenir agile ».

Pour booster sa carrière ou pour trouver un nouvel emploi plus facilement, avoir déjà eu une expérience dans un milieu Agile (voire une certification) devient même de plus en plus attendu par les entreprises. Il suffit de jeter un oeil aux offres actuelles pour s’en rendre compte.

Une étude de 2017, rapporte d’ailleurs que 88% des entreprises suivent déjà des pratiques agiles (sur près de 1300 organisations sondées).

Ca fait beaucoup.

Et ça implique que si vous voulez évoluer sur le marché du travail, vous allez vous frotter à d’autres candidats qui ont peut-être déjà connaissance des approches agiles.

Alors pour vous démarquer et rester compétitif·ve, vous devrez comprendre ce qu’est Agile et pourquoi les entreprises passent à ce modèle. 

A terme, vous pourrez prendre connaissance des différentes méthodes et pratiques agiles.

Vous aurez alors toutes les cartes en main pour débuter dans votre pratique de l’agilité !

Agile, qu’est-ce que c’est ?

J’aime bien définir les choses en expliquant ce qu’elles NE sont PAS.

Donc pour être certaine qu’on soit sur la même longueur d’ondes, je vais d’abord vous dire ce que n’est pas Agile.

Agile n’est

·   Ni une méthodologie

·   Ni un processus

·  Ni une manière particulière de développer un produit

Agile c’est simplement un ensemble de valeurs et de principes.

Autrement dit, si quelqu’un vous annonce que son équipe suit LA bonne façon d’appliquer Agile, c’est qu’il n’a rien compris.

Peut-être qu’effectivement, son équipe fonctionne bien et qu’ils réussissent à appliquer les valeurs et principes de l’agilité. Mais ça ne veut pas dire que leur manière de faire est universelle et qu’elle conviendra à votre équipe.

Chaque équipe doit s’imprégner de l’état d’esprit agile et choisir les pratiques à mettre en place. Ce sont ces pratiques qui lui permettront de fonctionner de manière agile.

Pour pouvoir porter les valeurs et les principes de l’agilité, les équipes vont alors suivre un certain nombre de pratiques dites « agiles » (comme par exemple utiliser des User Story pour décrire les besoins utilisateur). Et ces pratiques ne sont agiles que parce qu’elles soutiennent les valeurs et principes au sein de l’équipe.

C’est une sorte de boucle infinie entre ces deux idées.

Si vous comprenez ça, vous verrez plus facilement Agile comme un lot de convictions qui aide l’équipe à prendre des décisions.

Vous pouvez aussi mieux comprendre pourquoi il n’y a pas qu’une bonne manière de faire de l’agilité, mais plutôt une infinité.

 Les valeurs et principes agiles

Ces notions de valeurs et principes, on les retrouve dans le Manifeste Agile, qui est la source du mouvement agile.

Ce document – qui a été écrit en 2001 par des spécialistes du développement logiciel – ne contient que 68 mots (dans sa langue d’origine, l’anglais). Soixante-huit.

C’est peu, mais assez pour exprimer très simplement les 4 valeurs qui doivent être soutenues pour être considéré comme « agile ».

Les 4 valeurs du Manifeste Agile proposent de valoriser les premiers éléments de la phrase plus que les seconds. Attention, cela ne veut pas dire que la valeur des seconds éléments n’est pas reconnue.

Les individus et leurs interactions plus que les processus et les outils.

Des logiciels opérationnels plus qu’une documentation exhaustive.

La collaboration avec les clients plus que la négociation contractuelle.

L’adaptation au changement plus que le suivi d’un plan.

J’insiste sur le fait que les seconds éléments des phrases restent importants même dans un projet agile. Ce n’est pas parce que vous préférez « l’adaptation au changement » que vous ne suivez pas de plan.

Ce genre de malentendu est assez fréquent chez les agilistes débutants ou les personnes mal informées.

Certains pensent alors qu’en travaillant de manière agile, on en oublie les processus, les outils ou la documentation. C’est d’ailleurs ce qui donne naissance à des mouvements « anti-agile ».

Mais si vous interprétez correctement le Manifeste Agile, vous comprendrez qu’on ne néglige pas les éléments en deuxième position. Vous verrez d’ailleurs par expérience, que dans un projet Agile bien mené c’est même loin d’être le cas.

Donc pour vous, pas d’excuse, vous êtes prévenu·e ! Vous ne pouvez plus tomber dans ce piège ! 😉

En plus de ces valeurs, le Manifeste Agile définit également 12 principes.
Et là encore, les principes ne vous disent pas quoi faire. Ils sont définis pour soutenir les valeurs et vous aider à prendre les bonnes décisions tout au long de votre projet.

  1. Notre plus haute priorité est de satisfaire le client en livrant rapidement et régulièrement des fonctionnalités à grande valeur ajoutée.
  2. Accueillez positivement les changements de besoins, même tard dans le projet. Les processus Agiles exploitent le changement pour donner un avantage compétitif au client.
  3. Livrez fréquemment un logiciel opérationnel avec des cycles de quelques semaines à quelques mois et une préférence pour les plus courts.
  4. Les utilisateurs ou leurs représentants et les développeurs doivent travailler ensemble quotidiennement tout au long du projet.
  5. Réalisez les projets avec des personnes motivées. Fournissez-leur l’environnement et le soutien dont ils ont besoin et faites-leur confiance pour atteindre les objectifs fixés.
  6. La méthode la plus simple et la plus efficace pour transmettre de l’information à l’équipe de développement et à l’intérieur de celle-ci est le dialogue en face à face.
  7. Un logiciel opérationnel est la principale mesure d’avancement.
  8. Les processus Agiles encouragent un rythme de développement soutenable. Ensemble, les commanditaires, les développeurs et les utilisateurs devraient être capables de maintenir indéfiniment un rythme constant.
  9. Une attention continue à l’excellence technique et à une bonne conception renforce l’Agilité.
  10. La simplicité – c’est-à-dire l’art de minimiser la quantité de travail inutile – est essentielle.
  11. Les meilleures architectures, spécifications et conceptions émergent d’équipes auto-organisées.
  12. À intervalles réguliers, l’équipe réfléchit aux moyens de devenir plus efficace, puis règle et modifie son comportement en conséquence.
Manifeste Agile 2001

Prenez vos décisions grâce aux valeurs et principes agiles

Je vous vois venir : Agile vous donne tout un tas de valeurs et principes mais encore une fois, ça ne vous dit pas comment prendre vos décisions. 

Alors oui, vous avez raison. 

Mais Agile ce n’est pas un programme à qui vous donner un problème pour qu’il vous crache la solution.

Si vous voulez devenir agile, vous allez devoir décider par vous-même et vous impliquer. Et pour prendre vos décisions, vous pourrez vous appuyer sur les principes et valeurs de l’agilité pour vous guider.

Par exemple, imaginez que vous êtes développeur dans une entreprise qui créé des machines à café. Vous travaillez sur une nouvelle fonctionnalité : choisir la taille du café. Cette nouvelle option implique l’ajout de deux nouveaux boutons sur l’interface de sélection : « café long » et « café court ».

Pendant votre développement, vous vous rendez compte que si vous livrez cette fonctionnalité telle quelle, les nouveaux boutons vont complètement surcharger l’affichage déjà bien encombré.

La première idée qui vous vient en tête c’est « C’est trop le bazar ! Je vais mettre en stand-by le développement de ma fonctionnalité et je vais plutôt revoir le design de l’interface. Comme ça, je quand je créerai les nouveaux boutons, ce sera plus propre. » 

Mais si vous êtes vraiment agile, vous vous direz : « Mmh, si je revois le design de l’interface, je vais perdre du temps sur mon développement et je ne pourrai pas livrer ma fonctionnalité… Du coup, le client ne pourra toujours pas choisir la taille de son café et il ne verra pas de valeur ajoutée à son produit. Je vais donc devoir trouver un moyen de faire le strict nécessaire afin que mes boutons s’affichent mais que ça ne me retarde pas. »

De cette manière, vous serez alignez sur les principes agiles que vous suivez.
Ici, le premier principe : « Notre plus haute priorité est de satisfaire le client en livrant rapidement et régulièrement des fonctionnalités à grande valeur ajoutée. ».

C’est un exemple un peu simpliste, mais il exprime très bien les nombreuses décisions que vous aurez à prendre au quotidien. C’est dans cet esprit de respect des valeurs et principes agiles que vous allez devoir évoluer pour apprendre à faire vos choix.

Comment faire pour que vous deveniez Agile ?

Je parle depuis un moment des décisions que vous allez devoir prendre. Et j’insiste parce que c’est cela qui vous mènera sur le chemin de l’agilité.

Devenir agile, c’est un exercice difficile. Et il y a un piège dans lequel il faut absolument que vous évitiez de tomber : celui de copier ce que font les autres sans savoir pourquoi vous le faites.

Lorsque vous débutez en agilité, vous ne savez pas forcément par où commencer et c’est frustrant. Alors le premier réflexe que l’on a, c’est de regarder ce qui se fait ailleurs et d’appliquer “bêtement” les mêmes pratiques.

Malheureusement, copier une autre équipe agile ne rendra pas la vôtre agile pour autant. Encore une fois, ce n’est pas parce qu’une équipe réussit en suivant certaines pratiques que celles-ci vous conviendront. 

Et ça s’explique simplement par le fait que ce ne sont pas les pratiques qui rendent agile ! En revanche, les principes et valeurs agiles vont vous guider pour décider quelles pratiques vous allez appliquer.

En fait, le plus important n’est pas quelles pratiques vous appliquez mais pourquoi vous avez décidé de les appliquer. Vous verrez d’ailleurs qu’au fil du temps, les pratiques de votre équipe agile changent et se précisent.

Malgré tout, ce n’est pas une mauvaise chose d’aller voir ce qui se fait ailleurs. Bien au contraire. Cela peut vous donner des idées lorsque vous débutez et vous permettre de vous renouveler au fil de votre pratique.

Gardez à l’esprit que lorsque vous décidez d’adopter une pratique, ce qui est important c’est de savoir pourquoi vous le faites.

Pourquoi devez-vous devenir agile ?

Ce n’est pas parce que la théorie derrière l’agilité est intéressante que les entreprises changent leurs modes de fonctionnement.

Ces changements ont lieu parce qu’ils apportent une véritable plus value, tant au niveau des métiers qu’au niveau de la satisfaction client ou des coûts.

Et pour mieux le comprendre, quoi de plus pertinent que d’opposer les deux approches : le bon vieux modèle en cascade et Agile.

Fonctionnement classique

Les projets qui fonctionnent de manière classique suivent principalement deux modèles : le modèle en Cascade ou son évolution, le cycle en V.

Quand vous suivez ces modèles, vous déroulez de manière linéaire et séquentielle les différentes phases de votre projet : exigences, conception, implémentation, validation, maintenance.

Cascade

Cycle en V

Ce déroulement linéaire induit de nombreux inconvénients, comme une trop grande rigidité ou un manque de réactivité aux changements.

Par exemple, si vous suivez ces modèles, vous supposez alors qu’une fois la phase d’exigences terminée, vous connaissiez en détail la totalité du produit que vous devez créer. Ce qui signifie que vous devez passer un temps considérable (souvent plusieurs mois pour les projets complexes) à la définition du besoin client. 

Ce n’est que la première phase et vous n’avez encore rien produit de concret pour votre client…

Autant vous dire que lorsque vous allez livrer votre produit (après avoir déroulé toutes les autres phases), il se sera encore probablement passé quelques mois.

Vous imaginez que les attentes de votre client peuvent avoir largement évoluées entre l’expression de son besoin et la livraison du produit final. (Et encore faut-il avoir été précis dans la capture du besoin.)

Vous l’avez d’ailleurs sans doute remarqué, la plupart des projets sont soumis à de nombreux changements en cours de route (demandes client, concurrence, évolution des lois, etc.). Et si vous adoptez une gestion de projet traditionnelle, cela peut devenir critique pour votre projet. Vous risquez de vous retrouver avec un produit qui ne correspond finalement pas ou plus aux attentes de votre client.

Ces modèles classiques atteignent donc leurs limites lorsque les projets se complexifient et que le besoin client n’est pas définissable en détail dès le début du projet.

Mais heureusement, pour répondre à ce besoin de flexibilité, les approches agiles sont une bonne solution.

Fonctionnement agile

La gestion de projet Agile est plus pragmatique que la gestion de projet classique. En effet, lorsque vous suivez les principes agiles, vous recentrez vos priorités sur la valeur produit que votre client perçoit

Pour y parvenir, vous allez travailler de manière itérative et incrémentale

Fonctionnement Agile = itératif + incrémental

A la différence des modèles traditionnels, vous n’attendez donc pas la fin du projet pour présenter votre produit au client. Vous le soumettez régulièrement au client pour qu’il puisse vous faire des retours fréquents.

Les phases d’un modèle agile sont la conception, la réalisation, la validation, la revue et le déploiement. Et elles se suivent dans cet ordre sur des cycles courts qui ne dépassent pas quelques semaines (généralement de 2 à 4 semaines maximum).

Boucle de fonctionnement Agile

Et ici, pas question de définir la totalité du produit avec le client avant le début du projet. Les besoins client sont recueillis et et affinés au fil de la vie du projet. De cette manière, si le client s’aperçoit en cours de route qu’il souhaite une nouvelle fonctionnalité, vous pourrez tout à fait l’ajouter au produit. Le périmètre du produit évolue donc en fonction de ce que vous réalisez et des (nouveaux) besoins client.

La souplesse des approches agiles vous permet alors d’augmenter la satisfaction de votre client en lui livrant régulièrement un produit avec une forte valeur ajoutée – itération après itération. Ca vous permet également de rester en phase avec ses attentes tout au long du projet.

Votre équipe créée un incrément du produit à chaque itération. Chaque incrément apporte de la valeur ajoutée. Le produit est présenté au clients/utilisateurs qui vous font un retour. Au besoin, le feedback client/utilisateur est utilisé pour réajuster les exigences.

Que disent les chiffres sur les approches agiles ?

Alors oui, depuis tout à l’heure, je vous donne des raisons de passer à une gestion de projet Agile. Mais des concepts idéaux ne suffisent pas.

Je vais donc appuyer mes propos en vous donnant quelques chiffres qui finiront certainement par vous convaincre vous aussi de passer à ce type de gestion de projet.

Comme je vous le disais dans l’introduction, l’étude menée en 2017 par Freeform Dynamics Ldt, a relevé que 88% des entreprises adoptent des pratiques agiles.

Et ce n’est pas pour rien. 

Car la même étude rapporte que 78% des entreprises assurent que la diffusion des pratiques agiles au sein de l’organisation est bénéfique à son fonctionnement.

Et au niveau de la gestion du portefeuille, encore une fois le bilan est positif.

74% des entreprises (qui ont adopté Agile) pensent que l’intégration de ces pratiques permet à leurs équipes IT de fournir une meilleure visibilité aux parties prenantes.

Il est aussi bon de comparer des résultats obtenus entre des approches traditionnelles et agiles.

Un rapport du Standish Group de 2015 présente alors le constat suivant :

Sur les projets qui fonctionnent en cascade, 29% d’entre-eux échouent et seulement 11% réussissent.

[Camembert : 11% réussite, 60% aboutissement au prix de nombreux dépassements (coûts, délais) et de réductions du périmètre, 29% échec]

Sur les projets qui fonctionnent en cascade, 29% d’entre-eux échouent et seulement 11% réussissent.

(60% aboutissent au prix de nombreux dépassements (coûts, délais) et de réductions du périmètre)

En revanche, pour les projets qui ont adopté des pratiques Agile, le pourcentage de chance de réussite des projets passe à 39%.

(9% des projets échouent et 52% aboutissent au prix de nombreux dépassements (coûts, délais) et de réductions du périmètre)

Soit presque 4 fois plus qu’avec de la gestion de projet classique.

Vous comprenez qu’avec de tels résultats, les entreprises optent de plus en plus pour l’agilité.

Si vous suivez des pratiques agiles, vous savez que vous travaillez dans un cadre plus pérenne à la réussite de votre projet. Ce genre d’information peut faire la différence si vous avez le choix entre deux projets. 😉

Maintenant, vous savez pourquoi vos employeurs passent à une gestion de projet Agile, c’est bien. Mais savoir quels sont les bénéfices que ça vous apporte, c’est encore mieux.

Et je dédierai d’ailleurs très prochainement un article à ce sujet.

Alors abonnez-vous à ma newsletter pour ne pas manquer mes prochains articles !


En résumé…

… Agile c’est un ensemble de valeurs et de principes.

… les équipes deviennent Agile en prenant des décisions basées sur ces valeurs et principes.

… le processus de prise de décision est ce qui rendra à terme l’équipe Agile.

Quel que soit le type d’organisation ou de projet, les valeurs et principes sont assez souples pour pouvoir être appliqués. Cela permet à vos équipe d’être guidées dans leurs choix et de vous faire évoluer pour devenir meilleurs.


Désormais, vous en savez beaucoup plus sur ce qu’est Agile et sur les raisons qui poussent les entreprises à opter pour ce type de gestion de projet.

Et si vous souhaitez aller plus loin dans l’agilité, j’ai créé un guide au format vidéo Scrum : Le Guide Pour Bien Débuter. Il vous expliquera tout ce que vous devez savoir pour comprendre le fonctionnement de la méthodologie Agile la plus répandue.

A très vite sur Objectif Agile !

Alison

Post Author: Alison

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *